Une galerie à ciel ouvert

Entre friches, murs de briques et le bâtiment historique, découvrez chaque semaine une oeuvre du parcours art urbain autour de la Condition Publique.


Aujourd’hui c’est l’oeuvre hypnotisante de Tarek Benaoum qui introduit cette série. Passionné de graffiti et de calligraphie, il réunit ces deux arts dans un langage crypté qui revisite calligraphie latine, écriture nashki, culture berbère ou encore amérindienne.

Derrière le flot de lettres qui se mêlent, on peut retrouver des fragments de textes de l’écrivain James Allen qui se cachent dans les arabesques dorées de sa réalisation roubaisienne dans le Jardin de Bonheur, situé 70 rue Franklin.